L’art de la prospective climatique

par | 27 Jan 2021

En matière de prospective, celle qui concerne les risques climatiques est en plein essor. Du moins, en théorie. En effet, si tout le monde est d’accord sur le fait que les entreprises et les institutions devraient se doter d’une vision, d’une capacité à anticiper les risques, peu font aujourd’hui l’effort d’investir en la matière.


Par Pierre Gilbert.


Mais au-delà de la décision d’investir dans une expertise de la sorte, encore faut-il disposer des experts. Les besoins sont immenses, les ressources humaines le sont moins.

Petit exemple personnel : lorsque je travaillais pour la Direction générale des relations internationales et de la stratégie du ministère des Armées, au sein de l’observatoire Défense et Climat de l’IRIS, nous étions peut-être 5 temps pleins, dans nos deux structures, à travailler sur les liens entre changement climatique et accroissement des risques sécuritaires.

C’est un sujet immense, transversal et qui doit être décliné sur l’ensemble des pays dans lesquels l’Armée française peut être susceptible d’y traiter des risques, directement ou indirectement. Dans un État stratège idéal, cette prospective devrait occuper constamment quelque 200 chercheurs. Dans l’Administration Obama, le département du Pentagone dédié à ce sujet comportait presque 600 personnels. Par climatoscepticisme, l’administration Trump l’a fait réduire d’un tiers. Ailleurs en Europe, seules l’Allemagne et la Hollande disposent de ce genre de services, respectivement pour une vingtaine et une dizaine de chercheurs.

Au-delà des forces vives capables de plancher sur le sujet se pose la question de la pertinence de la méthode.

Le changement climatique impacte par définition la société de manière transversale. Le bon prospectiviste climatique ne se cantonne donc pas à la déclinaison locale de modèles de prévisions climatiques.

S’approprier ce que dit la science est un premier pas. On peut ainsi comprendre les tendances en termes de pluviométrie par exemple, identifier les risques de vague de chaleur, d’incendies, d’inondations côtières, etc. Ensuite, il faut s’intéresser au « scope 2 », aux conséquences de ces évolutions sur les productions agricoles par exemple, ou bien les effets sur la santé publique. Ensuite, en « scope 3 », il faut comprendre les interactions entre monde agricole et système social et économique national (dans les pays du Sahel par exemple, l’agriculture représente 60% des emplois), ou comprendre les interactions entre effets sur la santé et système de santé : en quoi ces nouvelles pathologies peuvent fragiliser le système social. En « scope 4 », il faut comprendre comment le système politique se calque sur cette réalité, et comment ces changements peuvent faire évoluer les rapports de forces politiques.

Ce dernier point est d’autant plus fondamental que le politique est déterminant dans la capacité d’une société à absorber les chocs climatiques (en organisant la solidarité, en ayant des services publics à même de gérer des crises, un système de santé bien doté et accessible, etc.). L’historien et géographe Jared Diamond, auteur du célèbre « Effondrement », a démontré autour de plusieurs exemples que les sociétés qui déclinaient pour un motif qui est à la base environnemental (érosion des sols, sécheresses, etc.) étaient en général les plus inégalitaires. En effet, lorsque les « élites » vivent dans une bulle d’abondance, elles ne sont touchées par les effets d’un bouleversement climatique que 2 ou 3 générations plus tard que le reste du peuple. Ils ne prennent donc pas les bonnes décisions à temps.

Il ne faut donc jamais sous-estimer l’importance de la « prospective politique » en matière de prospective climatique, surtout si l’on parle de risques. On n’est pas réalistes quand on parle de risques sans parler des capacités d’anticipation des risques. Le mauvais prospectiviste sous-estime souvent la résilience des systèmes qu’il étudie, car il grossit l’importance du thème qu’il traite. C’est un biais classique dans le métier.

En somme, l’art de la prospective climatique est l’art de combiner la rationalité de modèles scientifiques avec l’irrationalité de la gouvernance des sociétés.

Pour une entreprise, disposer d’une étude solide, identifiant les risques environnementaux, mais aussi leurs conséquences économiques et politiques, peut s’avérer fondamental. Il faut d’ailleurs que les parties prenantes, actionnaires et investisseurs au premier chef, s’emparent de ces documents et soient associées à l’élaboration d’une stratégie d’adaptation. C’est essentiel pour sortir d’un court-termisme mortifère, et transiter d’un modèle d’entreprise actionnariale, qui opère en tunnel en dehors du monde réel pour satisfaire les actionnaires, à un modèle partenarial, ancré dans un territoire et une mission de société. À noter qu’à terme, les actionnaires ont tout intérêt à avoir investi dans une structure résiliente et sure, quitte à diminuer un peu leurs marges.        

Découvrez également :

Pour une hygiène numérique

Pour une hygiène numérique

Je vois beaucoup de personnes se plaindre en entreprise, en particulier dans les grands groupes, de devoir traiter 100, voire 200 mails par jour. Certaines start up ont pris le contre-pied de cette pratique et se vantent de ne plus utiliser les mails. Tout s’échange...

2021 : être et durer

2021 : être et durer

La vie est faite de moments favorables ou tout nous réussit, et d’autres moins favorables ou la chance semble ne plus être de notre côté. Par Charles de Geofroy. Il arrive que ces moments favorables soient les fruits d’un travail de fond que nous avons pu mener dans...

De l’audace pour décider

De l’audace pour décider

Beaucoup d’entreprises ne décollent pas comme elles pourraient le faire car les décisions ne sont ni clairement ni rapidement prises. Des comités, toujours des comités, pour des décisions qui pouvaient être prises beaucoup plus rapidement. Perte de temps, perte...

Les 5 piliers du décideurs Égrégore

Dans un monde de plus en plus complexe et incertain, les décideurs sont soumis à rude épreuve. Découvrez notre offre ici >>

Pin It on Pinterest

Share This